Blog

Fleurs de la vacuité

image

 

 

 

 

Avec la Pleine Conscience nous pouvons toucher la véritable nature de l’humain

 

 

 

 

IMG_2759

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les phénomènes sont la radiance innée du corps absolu
et l’esprit en soi, son originelle sagesse.
Quand les deux se fondent en une même saveur,
voilà le maître ultime,
qui réside naturellement en nous. Ah! oh! Quelle joie!

                                        Dilgo Khyentsé Rinpoché (1910-1991) 

IMG_2760

 

 

Un monde où l’on cultive la fraternité…

 

 

 

 

 

 

copertina antologia

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre véritable héritage

Le cosmos est plein de précieux trésors
je veux t’en offrir une poignée ce matin.
Chaque moment que tu vis est un joyau
qui resplendit et contient la Terre et le ciel,
l’eau et les nuages.

Tu n’as qu’à respirer doucement
pour que les miracles apparaissent.
Alors, tu entends l’oiseau chanter,
les pins murmurer.
Et soudain, tu vois la fleur s’épanouir,
les nuages blancs dans le ciel bleu,
le sourire et le regard merveilleux de ton aimé(e).

Toi, la personne la plus riche sur Terre,
tu erres depuis si longtemps,
ne sois plus cet enfant pauvre,
reviens et reçois ton héritage.

Savourons notre bonheur
et offrons-le à chacun.
Chérissons ce moment présent.
Laissons partir le fleuve de nos détresses
et choyons la vie présente au creux de nos mains.

                                                                           Thich Nhat Hanh
om mani peme

OM MANI PADME HUNG

 

OM, la première syllabe du mantra de Tchenrézi, symbolise les cinq sagesses et, en tant que syllabe propice, débute  la plupart des mantras. MANI signifie « joyau » et fait référence à la précieuse pensée de l’Eveil. PADMA, « lotus », est l’un des noms de Tchenrézi. HOUNG est la syllabe qui proclame et invoque son omniscience. Le mantra peut être rendu par: « Ô, vous, Joyau du Lotus, transmettez-nous votre omniscience ». En répétant ainsi son nom, vous vous rappelez et invoquez ses infinies qualités, comme si vous l’appeliez de loin. En réponse, sa compassion se manifeste spontanément, accomplissant toutes vos aspirations.

Afin de bénir les êtres, Tchenrézi donna à son mantra le pouvoir d’être identique à lui-même. Le mani est la résonance de la vacuité sans naissance. 

Ecrit, il libère qui le voit; prononcé, il libère qui l’entend; évoqué, il libère par la pensée, porté sur le corps, il libère par le contact. Celui qui s’habitue à percevoir tous les sons comme le mani ne sera nullement effrayé par les bruits terrifiants du bardo. Tout en entendant les sons de l’univers comme la résonance du mantra, récitez les six syllabes avec une fervente dévotion. (Dilgo Khyentsé, Le trésor du coeur des êtres éveillés)

écouter le MANTRA 

La vie universelle

27 août 2015

thich nath hanh-portrait

Nous devons démanteler toutes les barrières afin de vivre en tant que partie de la vie universelle. Une personne n’est pas une entité à part, voyageant à travers le temps et l’espace, enfermée dans sa coquille, séparée des autres pendant cent ans ou durant des milliers d’existences. Ce n’est pas la vie et c’est tout à fait impossible.

Une multitude de phénomènes sont présents dans notre vie et nous sommes nous-mêmes présents au sein d’une foule de phénomènes variés. Nous sommes la vie, et la vie est infinie.

Thich Nhat Hanh, Le miracle de la pleine conscience

 

Le lotus blanc et l’oiseau de lumière 

4 juillet 2015

bouton_lotus

Les fleurs de lotus blanc choisissent le moment favorable. Je découvre d’abord le bouton à l’air fragile sur sa tige profondément enracinée dans la boue du bassin

La lumière, l’air, l’eau font éclore les fleurs de lotus aujourd’hui à l’instant tel quel.

lotus_blancCombien d’amour dans ces photons qui dansent autour de la fleur pour qu’elle s’ouvre enfin au moment favorable,

Fleur, miroir de l’univers dans sa perfection harmonieuse

un grand oiseau blanc apparaît sur le miroir de l’eau

Observe, développe l’oeil du ciel, l’oreille de la Loi

l’oiseau se déplace vers la cascade au dessus des lotus blancs20150704_092055

 Moment de grâce, temps suspendu, présent éternel

l’Oeil de la Loi se réalise comme pure présence

au moment précis, instant précieux,

à l’instant infini

Présence absence inondée de lumière

le Soi reconnaît le Soi dans la claire lumière de l’Eveillé

 

 

Vacuité et compassion

Emptiness and compassion

dilgo

As your practice become more stable, it will no longer be necessary to meditate intentionaly on emptiness; it will be integrated into your understanding. You will reach a point when you see that emptiness and compassion, emptiness and phenomena, and absolute and relative truth, are intrinsically one, rather than being in each case two separate  entities like the horns of a goat. The vaster your view of emptiness, the clearer your understanding will be of the infinite ways phenomena can manifest in accordance with the law of cause and effect. And it is from emptiness inseparable from compassion that a bodhisattva manifests.

Dilgo Khyentsé, The Heart of Compassion

Kan.non
[en japonais: « contempler le son de l’univers »],
l’être d’Eveil de la Grande Compassion

montagne

Lorsqu’on observe la montagne en plein jour, celle-ci cache son secret profond au sein même de sa visibilité. Ni l’oeil ni l’oreille de chair ne saurait percevoir cet invisible caché au sein même du visible. Seule la main, main dotée de l’Oeil du Kan.non, arrive à « tâtonner » et à percer ce secret présent en plein jour: l’invisibilité du visible et la visibilité de l’invisible. Dans la profonde obscurité qui règne au sein de la nuit de la contingence, c’est la main qui devient l’Oeil. Inutile de dire que l’Oeil en question ne désigne nullement notre oeil de chair ne percevant que ce qui est visible. Il s’agit de l’Oeil qui voit sans voir et qui entend ce qui n’est pas perceptible à nos oreilles de chair: la résonance de l’univers.

Yoko Orimo, Introduction à L’être d’Eveil de la Grande Compassion par Maître Dôgen in Shôbôdenzô, tome 2

 

Claire Lumière

20 juin 2015

claire-lumiere

 

Etudiez avec minutie la parole de Chôsha Keishin : « Cet univers entier des dix directions n’est autre que la claire Lumière du Soi« .

Naissances et morts, le passer et le venir sont le passer et le venir de la claire Lumière. Transcender les profanes et outrepasser les saints sont l’indigo et le cinabre de la claire Lumière. […] Les herbes et les arbres, les tuiles et les haies ainsi que la peau, la chair, les os et la moelle ne sont autres que le rouge et le blanc de la claire Lumière. La fumée et le brouillard, l’eau et les cailloux ainsi que la voie des oiseaux et le passage qui perce le ciel ne sont autres que la révolution des anneaux de la claire Lumière  [..] L’univers entier des dix directions n’est autre que le Soi. Ce Soi n’est autre que l’univers entier des dix directions.

Maître Dôgen, Claire Lumière, [Kômyô]Japon, 1242, in Shôbôdenzô, tome 2

Les Fleurs de la Vacuité

20 juin 2015

Grand Mistral et lumière adamantine à la veille du solstice d’été

Un jour un moine demanda au maître du zen Etetsu: « qu’est-ce que le trésor dans les montagnes? » Et le maître de répondre:« Les fleurs de la Vacuité se déploient depuis la terre. Même si l’on achetait le pays tout entier, il n’y aurait pas de moyen pour le obtenir. » […]

Cela veut dire qu’acheter avec le pays tout entier peut se faire, mais que les moyens ne s’achètent pas.

Il y a les fleurs de la Vacuité qui se déploient depuis la terre, et il y a la terre tout entière qui éclôt depuis les fleurs. S’il en est ainsi, sachez cet enseignement essentiel, ce sont les fleurs de la Vacuité qui font éclore et se déployer et la terre et le ciel.

(Maître Dôgen, Fleurs de la vacuité, [Kûge], Japon, 1243, in Shôbôdenzô, tome 2)

 

19 juin 2015

Journée de grand Mistral

Une fleur éclôt, et le monde se lève

fleurs-de-vacuitéBodhidarma dit: « Une fleur à cinq pétales éclôt, et le fruit mûrit de soi-même »

Etudiez le moment favorable où une fleur éclôt ainsi que sa claire Lumière, ses formes-couleurs et ses aspects. […]

Mûrir de soi-même » n’est autre que le moment favorable où la fleur éclôt et porte le fruit, c’est le moment favorable où on transmet la Loi et sauve les égarés […]

« une fleur éclôt, et le monde se lève », « une fleur éclôt » veut dire que les fleurs éclosent les unes après les autres, quelques temps avant et quelques temps après. Pour se munir d’autant de membres, elles rassemblent toutes les forêts chatoyantes de l’univers, dressant celle-ci de plus en plus haut.

C’est en faisant advenir ce principe de la Voie qu’il faut mesurer et connaître le printemps et l’automne. Ce n’est pas seulement le printemps et l’automne qui produisent les fleurs et les fruits, mais le Temps qui est là produit toujours les fleurs et les fruits. Les fleurs et les fruits assument et gardent ensemble le moment favorable, et le moment favorable assume et garde ensemble les fleurs et les fruits. (Maître Dôgen, Fleurs de la vacuité, Japon, 1243, in Shôbôdenzô, tome 2)

 

16 juin 2015

Grand arc en ciel aux Matelles (France, 34)  à 20h du soir, direction Sud-Est

La Clarté primordiale

« Si vous considérez cela du point de vue de l’essence primordialement pure, rien n’y existe, et, de ce fait, on ne peut y distinguer des lumières, des couleurs, etc., à la manière de parties distinctes d’une clarté extérieure.
Cependant, dans l’espace de sa nature spontanément accomplie, l’éclat originel apparaît comme les cinq lumières, les Corps divins, les rayons et les disques lumineux (thiglé) qui sont « être » le plus subtil.
Ces manifestations tourbillonnent dans l’espace et se présentent comme la Sagesse subtile au sein de la clarté intérieure.

Ainsi, puisque la Sagesse née d’elle-même, délivrée des extrêmes, a une essence vide, rien n’y existe réellement, mais dans sa nature lumineuse, son mode de manifestation est incessant. Comme son énergie compatissante est une ouverture incessante, elle devient de la Sorte la base d’émergence de toutes choses.
Telle est la condition naturelle de la base véritable.
 « 

jardin-matelles

Selon le Rangshar:

Dans la base originelle, grande pureté primordiale,
II n’y a aucune pensée, aucune ignorance, pas d’esprit, d’intellect, pas de sujet.
II en est bien ainsi, et cependant, la Sagesse impartiale,
La bouddhéité spontanément accomplie, la réalité absolue sans élaborations,
Rigpa libéré des extrêmes, les apparences de la grande pureté et la vue sans opinions ni partialité y demeurent.
Aussi est-elle vaste, claire, immuable ;
Les Sagesses y sont sans obstacle, les multiples disques lumineux y jaillissent,
S’y trouve la réalité absolue incréée,
Et comme la paroi externe ne s’est pas déchirée,
A l’intérieur brillent sans cesse les cinq lumières de la Sagesse,
Présentes en tant qu’essence des Corps et des Sagesses.
Puisque cette dernière citation montre que dans la pureté primordiale apparaissent sagesses et lumières, la pureté primordiale s’oppose au néant. « 

Extraits du Thekchok Dzö (trad. par Philippe Cornu)

Longchenpa, La liberté naturelle de l’esprit

Introduction au Dzogchen 

 

Les Arpenteurs Poétiques – Sappho

A écouter ce lundi 23 décembre à 20h, rediffusion le dimanche 29 à 21h
Sappho_1-1ee2c     Sappho  (6e siècle avant JC)

     Sappho, première femme poète sur l’ile de Lesbos, il y a 2500 ans…
Plus de 12000 vers dont 650 fragments épars qui ont pu être
récupérés et qui demeurent vivants, cris d’amour, de révolte,
d’angoisse, jaillis pour la première fois d’une bouche grecque
et cette bouche était celle d’une femme.
Son nom, nous le connaissons, il fait écho aux amours
féminines, à la femme exilée, à une fin tragique…
Sappho, malmenée souvent à travers le prisme déformant de l’histoire
Mais la femme poète , où est elle ? Qui est elle ? C’est elle que nous
évoquons aujourd’hui à travers ses fragments poétiques

« j’écris mes vers avec de l’air   »    Ecouter

avec Laurence Bourgeois et la voix de Angela Biancofiore | grec ancien et moderne

France Culture, émission « Du grain à moudre » par Hervé Gardette, 18 juillet 2012

Union pour la Méditerranée : les intellectuels à la rescousse ?

écouter:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Angela Biancofiore, Wassyla Tamzali, Hervé Gardette et Kalypso Nicolaïdis

invitées:

Kalypso Nicolaïdis, professeur de relations internationales à l’Université d’Oxford
Wassyla Tamzali, essayiste et avocate algérienne
Angela Biancofiore, artiste et écrivain, professeur d’Histoire de l’art italien, de Littérature Italienne et de Critique littéraire à l’Université Montpellier 3

Ubaldo Cillo,

poeta, scomparso troppo presto, non sopportava il corso del mondo, non voleva rinunciare a una vita sognante, la sua parola, nella poesia e nella vita, sempre vera, mai convenzionale, hai scritto parole di amore, di rabbia e di sogno 

con affetto

Genova, maggio 2012

 

Il suo unico amore

di Ubaldo Cillo

Fu così che morì silenziosamente
steso su una strada molto trafficata
coperto di stracci e ghiaccio
perché il suo unico amore era passato
e aveva finto di non vederlo
e perché lui nelle interminabili serate
trascorse al gioco degli sguardi
non aveva mai detto
le parole che lei aspettava
e il suo ginocchio nudo
fu solo qualche volta appena sfiorato
in alto
dietro le finestre illuminate
nelle stanze di festa
la favola dell’orgoglio
osserva seduta con le mani in grembo
le candele che si consumano
in piena notte
sull’orlo dell’orizzonte
si piegano sotto un vento fortissimo
le teste dei carovanieri
e gli sguardi delle nostre statue più fiere.

Quanto chiasso che fanno i nostri baci
sembrano uno strisciare di passi sotto le finestre
in notti senza sonno
hanno il suono dell’ultimo respiro del mondo
a volte si aggrappano al sole del tramonto
bussano forte nel petto
scuotono i vetri delle finestre
si girano e rigirano nel letto
parlano e danno risposte nervose
e come odiano sfogliare e risfogliare
vecchi giornali che non saranno mai letti
sono una carovana di sogni bendati
che attraversa la città
vagano sognanti insieme a un figlio di maggio
con le mani in tasca
nascono di primo mattino e bruciano sulle labbra
per tutto il giorno.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le monde n’est pas une marchandise!

Laissons la parole à l’épistémologue indienne Vandana Shiva,

résistante, engagée dans la lutte contre l’appropriation du vivant et des semences:

 

La redéfinition de la notion de « souveraineté » sera le grand défi de l’ère post-globalisation. La mondialisation était fondée sur l’ancienne notion de souveraineté, celle des États-nations héritée de la souveraineté des monarques et des rois. La nouvelle notion de souveraineté est le fondement de la résistance à la mondialisation. Cette résistance se traduit par le slogan : « Le monde n’est pas une marchandise.  » Actuellement, les Grecs disent : « Notre terre n’est pas à vendre, nos biens ne sont pas à vendre, nos vies ne sont pas à vendre. » Qui parle ? Les peuples. Revendiquer la souveraineté des peuples est la première étape de la souveraineté alimentaire, de l’eau ou des semences. Mais il y a une seconde partie : les peuples revendiquent le droit de protéger la Terre, et non celui d’abuser d’elle comme d’autres la maltraitent. Ainsi la souveraineté des terres, des semences, des rivières rejoint la souveraineté des peuples. Avec la responsabilité de protéger ce cadeau de la Terre et de le partager équitablement.

Shiva

http://www.bastamag.net/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comments are closed.